A l’occasion de leur date dans la mythique salle parisienne, La Cigale, SUPERBE MEDIA est parti à la rencontre des deux membres du groupe franco-californien ALLTTA. Groupe international, car composé du talentueux MC MR J. MEDEIROS, venant tout droit de Californie et du beatmaker/rappeur de génie, 20SYL, lui originaire de Nantes. Une alliance de choc pour deux amis/artistes/prodiges de longues dates, qui une fois réunis autour de la musique et de la culture hip-hop, laissent exploser sans commune mesure leur virtuosité sur scène. RENCONTRE AVEC

ALLTTA, comment allez-vous ? Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de SUPERBE MEDIA qui ne vous connaitraient pas ?

20SYL : On est ALLTTA qui est composé de MR J. MEDEIROS (THE PROCUSSIONS) et moi-même 20SYL. On est un duo hip-hop franco-californien (Nantes-Los Angeles). On s’est rencontré aux alentours de l’année 2003 sur le premier album de mon groupe HOCUS POCUS. Nous nous connaissons depuis tout ce temps et on a enfin pris le temps de réaliser un projet ensemble avec ALLTTA, après plus de 10 ans d’échanges dans la musique.

ALLTTA veut dire “A LITTLE LOWER THAN THE ANGELS ». Pourriez-vous en expliquer le sens ?

MR J. MEDEIROS : C’est un verset de la bible. J’ai grandi dans la religion même si je suis beaucoup moins religieux aujourd’hui. J’aime cette idée que les êtres humains ne sont pas vraiment des anges et pas vraiment des démons. Cette dualité me plaît, tout comme le fait d’être au milieu d’un tout, d’être au milieu de quelque part.

Comment travaillez-vous vos morceaux ? Est-ce 20SYL qui envoie d’abord les prod’ ? Ou est-ce MR J. MEDEIROS qui annonce un thème ?

20SYL : Ça marche dans les deux sens. Quelques fois, cela vient d’un texte sur lequel je vais construire autour des mots et du flow de MR J. MEDEIROS. Souvent, ça part d’une instrumentale que je lui envoie et sur laquelle il teste différentes choses. Au finale, il y a toujours une phase terminale dans laquelle je colle le plus possible son flow aux arrangements et à la structure du morceau. On bosse chacun de notre côté, et on se fait vraiment confiance sur les choix que l’un et l’autre peuvent faire. Cette autonomie fait la force du projet. On interfère très peu sur ce que l’autre veut développer.

MR J. MEDEIROS, tu vis à Los Angeles, mais tu viens très souvent en France. Qu’est-ce que tu aimes en France et que tu n’as pas dans ton pays ?

Ici en France, vous avez un gros soutien de l’état pour l’art. Votre pays a des organismes comme le Pôle Emploi Spectacle ou encore l’intermittence. Je pense que ces soutiens créent encore plus de liberté dans la création artistique. Aux USA, c’est quitte ou double car il n’y a pas de supports. J’aime venir ici pour cela, je respire un peu plus !

Est-ce que vous pensez que notre façon de vivre la culture hip-hop en France est différente que la façon dont vous la vivez aux USA ?

MR J. MEDEIROS : Comme culture globale avec les éléments fondateurs du hip-hop, non ! Je pense même que c’est un peu plus vivant ici ! Cependant, aux USA, la culture hip-hop est intimement liée aux problèmes sociaux, aux problèmes de racismes et puise ses racines dans l’esclavage, etc… Il y a différents aspects sociaux forts. La culture hip-hop aux USA est en réalité une multitude de choses avec lesquelles on vit tous les jours. Cette culture sera toujours là et je pense que ce n’est que le début !

20SYL : La culture hip-hop dispose d’une musique qui est intimement liée à ce qu’il se passe dans la société. Ce qu’il se passe aux USA en ce moment avec les armes, les violences policières, impacte forcement la culture hip-hop américaine. En france, les problèmes sociaux impactent également la culture hip-hop même si j’ai l’impression que le côté conscient et les revendications sociales sont beaucoup moins présentes dans la musique depuis 5 ans. Avant les textes de rap étaient un réel véhicule de revendications et je trouve qu’aujourd’hui on a perdu ce truc là. Je ne dis pas que c’est mal car on est passé sur quelque chose de plus créatif, plus fou et plus ouvert. Mais dans ce sens je pense que c’est un petit peu différent. 

Quelles sont vos références artistiques hip-hop ?

MR J. MEDEIROS : En France, HOCUS POCUS ! Bien sûr,  je connais bien MC SOLAAR, NTM, IAM ou encore SAÏAN SUPA CREW. Mais ma façon d’entendre et d’apprécier le hip-hop français m’a été transmise à travers 20SYL et la musique qu’il crée. En France, je n’ai jamais entendu quelqu’un faire ça !

Et toi 20SYL ?

Aux USA, ma colonne vertébrale gravite autour de THE ROOTS. Il y a également A TRIBE CALLED QUEST, GANGSTARR, SLUM VILLAGE etc…

Avez-vous des artistes français en vue avec qui, vous aimeriez travailler sur vos prochains morceaux ?

MR J. MEDEIROS : J’aimerais sortir des collaborations hip-hop ! Il y a énormément de trucs cools à faire, avec par exemple CHRISTINE & THE QUEENS ou encore STROMAE.

Sur scène, quelle importance a le fait de vous saper ?

C’est important ! Pas tellement en terme de marques mais plus pour pouvoir donner une vision globale et cohérente de la scène et de ses visuels. On reste donc sur quelque chose de plutôt sobre qui peut marcher avec la lumière et avec l’idée de ne pas parasiter ce qu’il se passe autour de nous.

Quelles sont vos marques françaises de sapes préférées ?

MR J. MEDEIROSOLOW, CAAPS et ST JAMES.

20SYLOLOW, BLEU DE PANAME, POYZ ’N PIRLZ et QHUIT.

Pourquoi ALLTTA #CESTSUPERBE ?

20SYL & MR J. MEDEIROS :  On espère être SUPERBE ! Si on est SUPERBE c’est parce qu’on est international !

Derniers mots ? 

20SYL & MR J. MEDEIROS : On est actif et on partage les choses avec les gens qui nous suivent ! N’hésitez pas à venir nous parler sur les réseaux !

.

Propos recueillis par @Hector Sudry Le Dû.

Crédit photos : @Joanà Calas.

Crédit vidéo : @Hendy Harsanto.

ALLTTA #CESTSUPERBE