Avec un deuxième EP en guise de confirmation artistique, et un troisième en préparation démontrant son insatiable envie de brûler le micro, le mc originaire du 93 n’a pas fini de nous livrer sa nonchalance musicale. Avec lui, retour sur ses débuts, son évolution et son futur musical désormais très proche. RENCONTRE AVEC…

CHATNOIR, comment vas-tu ? Pourrais-tu te présenter aux lecteurs de SUPERBE MEDIA qui ne te connaîtraient pas ?

On est là ! Il fait beau, on profite de la vie ! Moi c’est CHATNOIR, je viens de Sevran (93) et ça fait 10 ans que je suis dans le rap.

Est-ce que cette interview est signe de mauvais présages ?

Non pas du tout ! Regarde comme il fait beau à Paris. Aucun mauvais présages !

Est-ce que ton blaze te porte chance ? D’où vient-il ?

A l’époque il ne m’a pas spécialement porté chance, mais aujourd’hui tout va bien. Je suis en vie, donc j’ai de la chance. A la base, ça vient de petites taquineries au quartier etc… Je trouvais ça visuel et donc j’ai l’ai repris pour mon art.

Quelles sont tes références artistiques dominantes ?

Je pense que c’est plutôt la vie qui est ma réelle influence. Tout ce qui se passe autour de moi sont mes plus grands influences.

Tu es originaire de Sevran. Quels ont été tes déclics et influences hip-hop dans ton quartier ?

Je me suis mis dans le son grâce à ma soeur qui écoutait énormément de musiques différentes. A Sevran, on écoutait énormément d’ARSENIK, BOOBA, ROHFF

Ton premier EP « CHAT NOIR » est sorti il y a un an pile. Qu’a-t’il changé pour toi depuis ?

Le premier EP m’a permis de savoir si les gens pouvaient être réceptifs à ma musique, où étaient mes limites et où je devais progresser etc…

Ton deuxième EP « ECRITS NOCTURES » vient de débarquer. Quelles ont été les évolutions majeures de la musique de CHATNOIR entre ces deux EP ?

Entre les deux EP, la principale caractéristique est que c’est plus intimiste. Les textes sont moins généralistes et parlent plus de moi. Les sonorités sont également plus cohérentes.

« 270», le deuxième titre d’ « ECRITS NOCTURES », tu dis « Tous ces fils de putain font les malins » . A qui t’adresses-tu ?

Je m’adresse à une partie de personnes qui pensent avoir le monopole de la bonne musique et j’en vois beaucoup sur les réseaux. Sur les réseaux il y a énormément de personnes qui prennent la parole pour se placer en tant que porte-parole de ce qui est bon et ce qui est mauvais, c’est à ces gens là que je m’adresse. Après il y a aussi mes détracteurs, forcément !

L’égo-trip est clairement exploité sur ton dernier EP. As-tu d’autres thèmes de prédilection te tenant particulièrement à coeur ?

J’ai énormément de thèmes, mais avec ECRITS NOCTURNES, la naissance du projet s’est faite dans un fumoir de boite avec un mec qui m’a fait un peu la morale sur ce qu’est un texte léger ou à l’inverse quelque chose de plus construit etc… Suite à cette discussion, j’ai vite repris la mine pour écrire des choses plus pointilleuses. ECRITS NOCTURNES, résume un peu tous les questionnements que tu peux avoir le soir quand t’es tout seul chez toi. Tu réfléchis à tes projets, tes échecs, tes doutes, tes ambitions… Attention, ce n’est pas de l’égo-centrisme. Il y a plein d’autres thèmes qui arrivent. Il faut surtout parler d’amour, c’est ce qu’il y a de plus important dans ce monde.

Tu as d’ailleurs invité le rappeur LPEE du groupe LTF, un artiste que l’on aime beaucoup chez SUPERBE, sur ton titre « G.G », comment s’est faite cette connexion ?

On se connait depuis quelques années. Lui était au Canada quand j’étais à Toronto, on s’est capté et on en a fumé une grosse qui nous a scotché comme jamais et on s’est promis de coucher sur BPM à notre retour en France. LPEE, est quelqu’un que j’apprécie vraiment humainement parlant, il est très modeste et en plus de ça très chaud artistiquement. C’est un vrai feeling. Je ne fais pas énormément de collaborations car je privilégie le côté humain avant de faire du son. Donc on a tué ça avec LPEE.

A quand un premier album ?

Je suis déjà en train d’écrire le troisième EP. Petit scoop, il va s’appeler AMOUR.

Qu’est ce que tu aimes dans le rap actuel ? Et à l’inverse que détestes-vous ?

Aujourd’hui tu sais plus où donner de la tête. Il y a énormément de jeunes artistes entre 18 et 22 ans qui ont une créativité incroyable et apportent vraiment quelque chose et j’aime ça ! Après chacun à un peu son équipe et c’est compliqué d’être solidaire, ça se mélange pas trop et on manque de donner de la force à son prochain.

Y a-t’il des artistes français avec qui tu voudrais collaborer dans un futur proche ?

Il y a des artistes qui me font mal à la tête, comme LEILO, NEMIR, LOLO ZOUAÏ

Au vue de tes derniers clips et des différentes photos présentes sur ton compte instagram, on sent que tu aimes prendre soin de ton style vestimentaire. Pourquoi ?

Avec la mode ça a commencé depuis que je suis petit avec les ensembles LACOSTE ou SERGIO TACCHINI etc… J’ai baigné là dedans, donc inconsciemment c’est dans mon lifestyle d’essayer d’être soigné. Les valeurs esthétiques ont toujours été au centre de mes visions. En règle générale je suis particulièrement décontracté, mais je me concentre et met tout sur ma paire sneakers. J’ai énormément de baskets.

Quelles seraient tes trois marques de sapes françaises préférées ?

J’en citerais deux : LE COQ SPORTIF et LACOSTE.

Pourquoi CHATNOIR #CESTSUPERBE ?

Il ne s’agit que d’amour. L’amour #CESTSUPERBE, donc CHATNOIR #CESTSUPERBE parce que ce n’est que de l’amour.

Derniers mots.

Prenez soin de vous ! Soyez déterminés dans ce que vous entreprenez et ça va le faire !

.

Propos recueillis par @Hector Sudry Le Dû.

Crédit photos : @HarfeVisual.

Crédit vidéo : @HarfeVisual.

CHATNOIR ECRITS NOCTURNES #CESTSUPERBE