Personnalité simple et attachante dont la passion est le leitmotiv. Connu pour sa rencontre et ses nombreuses performances/compositions avec le MC Demi Portion, mais également pour ses collaborations de plus en plus importantes avec de nombreux MCs français (LACRAPS, NEDOUA…), il a sorti en décembre dernier son premier projet musical, un EP intitulé M.U.S.I.C. RENCONTRE AVEC…

DJ ROLXX, comment vas-tu ? Pourrais-tu te présenter aux lecteurs de SUPERBE MEDIA qui ne te connaitraient pas ?

Je suis Dj et beatmaker. Je pratique depuis que j’ai quinze ans et j’adore toutes les disciplines du hip-hop. J’accompagne DEMI PORTION depuis quelques années sur scène et sur ses albums. Hip-hop !

D’où vient ton blase ?

C’est un blase d’adolescent ! A la base je l’utilisais pour le tag que j’ai recyclé comme nom de scène car un artiste de la culture portait déjà ce blase. J’ai donc changé mon nom de tagueur et je l’ai gardé pour la scène. Le graffiti est mon premier kiff’ hip-hop depuis que j’ai 14 ans. et je pratique encore !

Ton EP « M.U.S.I.C » est sorti en décembre dernier. Pourquoi avoir choisi ce titre plutôt généraliste ?

C’était dur de trouver un titre. M.U.S.I.C a été un choix qui m’a pris un peu de temps. J’ai pris ce mot très simple, puis développé la suite des lettres pour que tous les initials aient une signification : MUSIQUE . UNIVERSELLE . SOUS . INFLUENCE . COSMIQUE ! C’est un choix artistique très personnel !

A l’heure d’aujourd’hui ou beaucoup de producteurs optent pour des sonorités actuelles voir nouvelles, principalement influencées par le style trap. Peux-tu nous détailler ton choix de travailler sur des sonorités principalement Boom Bap et sur des productions de base du djing ?

Justement, je suis allé piocher dans mon inspiration première, celle des djs qui sont devenus beatmakers. J’ai beaucoup écouté des sons que j’appelle des sons de DJs. Des DJs comme DJ SHADOW, WAX TAILOR, RJD2, CHINESE MAN etc… J’avais cette volonté de mettre ma première pierre à l’édifice dans l’esprit traditionnel, d’être dans mon univers de sons de DJs. Je suis parti sur mes fondations, ce qui m’a touché quand j’avais 13/14 ans, c’est à dire le hip-hop, le trip-hop et le Sample Base Music de DJs.

Justement, tu nous parlais de tes différentes influences…

Oui, ils ont influencé mon oreille, mon écoute et mon subconscient. Je ne pourrais pas dire que je suis un fan d’eux et que je voudrais faire pareil, mais ils ont vraiment touché mon subconscient et ce que je considère comme mes fondations musicales.

Qu’est ce que la sortie de ton premier EP représente pour ta carrière musicale ?

Beaucoup de choses ! Le fait de sortir un projet officiel et réalisé à 100%. Ça symbolise pour moi le fait d’ouvrir les vannes sur le travail que j’ai accumulé depuis plus de 10 ans. Pour moi c’est une ouverture parce que j’ai envie pour la suite. Je le vois comme un premier projet, le premier d’une longue liste.

Est ce que c’est le mix qui t’as amené vers la production ou bien est-ce l’inverse ?

Le tag m’a amené à la culture hip-hop, la culture hip-hop m’a amené vers le djing et le djing m’a amené vers la production musicale. Il y a eut également le rap au milieu de tout ça ! Au départ je mixais sur un équipement minimum : une seule platine, et on faisait que du scratch sur une bande-son.

Tu es également connu pour être le DJ de DEMI PORTION. Comment s’est passé votre première rencontre et comment en êtes-vous venus à travailler ensemble ?

La rencontre s’est faite de manière vraiment traditionnelle. On s’est croisé à un concert hip-hop, puis dans la rue où je lui ai filé ma mixtape, puis on s’est re-croisé, il m’a parlé d’un projet et puis au bout de la quatrième fois, lui se lançait sur son premier projet solo, et il avait besoin de créer sa team. Il m’a contacté et à partir de là, tout a commencé tranquillement. Ensuite on a appris à se connaître et on s’est ouvert de plus en plus l’un à l’autre. Au bout de deux ans de scène, c’était la fusion. La scène est un endroit bien particulier où tu as besoin d’être en fusion avec les gens avec lesquels tu travailles. On se déplace énormément, on vit les mêmes expériences. La scène a vraiment propulsé le truc. 

Est-ce que pour toi en tant que DJ, la scène est un aboutissement ultime ?

Oui ! Et pour le coup DEMI PORTION pourrait être un amplificateur incroyable, que jamais de ma vie je n’aurais pu imaginer. Il a ce pouvoir, il a cet aura, ce truc de MC ! C’est lui qui fait que la salle est pleine ! Le fait de partager ça avec lui… C’est un rêve de gamin ! 

SUPERBE est un média lifestyle consacré à la mode et à la musique française. Apportes-tu une importance particulière à te saper ?

C’est venu assez tard chez moi ! J’étais un petit tagueur à l’époque et j’avais toujours des fringues tachées et/ou salies à cause de la peinture. J’ai grandi aussi dans le roller avec les baggys etc … puis après j’étais dans le hip-hop new-yorkais donc j’étais encore plus focus là dessus. Depuis 2/3 ans, j’aime de plus en plus et je commence à apprécier de plus en plus de voir les styles des autres.

As-tu des marques françaises que tu apprécies particulièrement ?

De coeur, WRUNG, depuis que je suis enfant. J’ai grandi avec eux, je les ai vus évoluer, ils me faisaient rêver quand j’avais quatorze ans. Plus tard, j’ai pu collaborer avec eux, un vrai rêve de gosse ! J’ai beaucoup d’estime pour WRUNG. Après je ne suis pas assez pointu pour t’en dire plus !

En quoi DJ ROLXX #CESTSUPERBE ?

De part l’amour de l’art !

Derniers mots ?

Continuez à suivre SUPERBE MEDIA et paix pour tous !

.

Propos recueillis par : @Kevin.Berard & @ill_y0.

Crédit photos par : @ill_y0 pour SUPERBE MEDIA.

DJ ROLXX M.U.S.I.C #CESTSUPERBE