Après un premier album, intitulé Sarah, sorti en septembre 2017, le jeune rappeur parisien est de retour avec un deuxième opus ambitieux intitulé Rave. Et audace est le mot, tant l’écoute des différents morceaux est surprenante et dénote de ce que l’on retrouve dans le paysage du rap français. Un véritable voyage musical entre pop moderne, musiques électroniques et rap, pour un artiste qui s’abandonne dans la quête de soit-même, Rencontre Avec

Hyacinthe ! Comment vas-tu ?  Pourrais-tu te présenter aux lecteurs de Superbe Média qui ne te connaitraient pas ?

Salut, je m’appelle Hyacinthe et je fais du rap depuis quelques années déjà. Je suis parisien et mon nouvel album intitulé Rave sort tout juste. C’est mon deuxième album, du moins le véritable deuxième. J’ai sorti beaucoup de projets auto-produits par le passé, et c’est le premier qui l’est un peu plus que les autres. Je crois que je fais une musique un peu à part dans le rap français.

D’où vient ton blase ?

Je l’ai choisi complètement par hasard ! Lorsque j’étais adolescent, je réalisais un travail sur Les Fleurs Du Mal en cours. A la base, je rappais en utilisant mon prénom, et pour trouver un surnom d’artiste j’ai feuilleté le livre en choisissant deux numéros. Le premier pour une page, et le deuxième pour un ligne. J’ai ouvert le bouquin, je suis allé à la page et à la ligne, et j’y ai choisi le mot que je préférais. C’est bien longtemps après que j’ai su ce que Hyacinthe voulait dire.

Et qu’elle en est la signification ?

C’est une figure de la mythologie, amant d’Apollon. C’est également une fleur.

Tu l’utilisais donc avant de savoir ce que ça voulait dire.

Voilà, et après c’était trop tard donc je l’ai gardé !

superbe média rencontre avec hyacinthe rave 1

superbe média rencontre avec hyacinthe rave 1

Justement, à partir de quand le projet musical Hyacinthe a vraiment vu le jour ?

Le premier projet qui est sorti sur internet date de 2012. Ensuite il y a eu pas mal d’EPs, de mixtapes etc… Après, le premier projet qui ressemble vraiment à un album est sorti en 2017, il intitulé Sarah.

Tu te démarques musicalement aujourd’hui, en partie de part l’originalité de tes productions, en cassant les barrières des genres. Est-ce le reflet de tes influences ?

Complètement, c’est ce que j’écoute. Ce que je fais c’est fondamentalement du rap, mais avec quelques composantes en plus. J’aime écouter de la pop, de l’électronique, un peu weirdo…. Pour moi, c’est le rap accompagné de quelques satellites que je ramène dans ma musique. Je suis au milieu de tous ces genres, mais c’est d’abord du rap.

Rave, est ton deuxième album. Que représente-t-il pour toi ?

C’est le premier projet sur lequel j’arrive à faire exactement ce que j’ai dans la tête. Créativement j’étais plus libre. J’ai fait plus de 70 morceaux, pour ensuite prendre vraiment ce que je voulais. C’est le premier projet dont je suis entièrement satisfait. J’avais ma vision et j’ai réussi à la retranscrire en musique.C’est aussi mon projet le plus radical car j’ai réellement passé un cap par rapport à mes précédents projets. C’est cool pour l’instant, les gens qui appréciaient Hyacinthe avant me suivent dessus et puis je les emmène un peu ailleurs.

As-tu vraiment réussi à faire tout ce que tu voulais ? Le tout, sans filtres ?

Oui ! J’ai fait le pari que les gens me suivent. Pour l’instant ça se passe bien donc je suis content. Je trouve que c’est ce qui manque au rap en français en ce moment. Il ne s’agit pas de faire uniquement de la bonne musique, mais également de la musique ambitieuse. Il y a beaucoup d’artistes que j’apprécie en rap français, mais c’est rarement ambitieux par rapport à d’autres genres musicaux ou encore d’autres pays.

Serait-ce une question d’audace ?

Complètement ! Il faut tenter des choses.

superbe média rencontre avec hyacinthe rave 3

superbe média rencontre avec hyacinthe rave 5

Justement, avec quels producteurs en particulier as-tu travaillé sur ce projet ?

La clé de voute du projet est King Doudou, un producteur qui a un profil plutôt similaire au mien, mais inversé. Il vient de la musique électronique et il a notamment fait des trucs avec Diplo et Major Lazer dans les années 2000. Il a vécu en Amérique du Sud pendant longtemps et il vient de revenir en France. Il se surnomme Douster désormais et il a réalisé des productions rap pour PNL etc… C’est à la fois un producteur de rap, mais aussi de musiques électroniques avec une ouverture sur la pop. C’était parfait pour le projet. Nous avons co-réalisé l’album ensemble.

Tu nous parles de PNL. Est-ce aussi une de tes influences ?

Je trouve qu’aujourd’hui en terme d’audace c’est ce qu’il y a de plus intéressant en France. Avant d’arriver ici pour l’interview, j’écoutais le morceau Déconnecté, et je trouve que leur intention sur ce titre par rapport à un morceau à moi intitulé Esperance de vie que j’ai fait avec Foda C, se rapproche bien. On a des kicks un peu décalés et saturés, c’est audacieux je trouve. Il y a une ambition musicale qui fait du bien.

Tes morceaux sont intimistes et semblent personnels. Est-ce que tout vient de toi, ou bien est-ce de la fiction ?

C’est vraiment ce que je vis, ce que je suis !  Cet album là raconte mon année 2018. Le fait de commencer à vivre de la musique, et de faire ce saut dans l’inconnu car il faut le dire, je sais pas du tout où je serais dans 5 ans. Dans la musique il y a vraiment cette pression psychologique, ce n’est pas facile comme carrière car tu remets ta tête en jeu à chaque nouveau projet. Cet album parle de tout ça mais aussi de l’envie de s’abandonner. Au niveau des thèmes, j’ai essayé de varier par rapport à avant, même si j’ai gardé un tronc commun. Mon précédent projet parlait beaucoup d’amour et j’avais un peu peur de tourner en rond avec ça. J’en parle toujours un peu et j’y reviendrais surement plus dans mon prochain projet. C’est comme avec le sujet de mon père sur mon précédent album. Il faut sortir un peu de sa zone de confort et tenter de nouvelles choses.

Au niveau des références et des couleurs musicales de tes morceaux, ton projet est éclectique. Est-ce que cette prise de risque est une manière de te différencier de la masse ?

Il y a de ça, mais tout ce qui est dans cet album sont des choses que j’aime, et que je fais naturellement. Ce sont des choses que j’aurais presque voulu faire avant, mais c’était un peu risqué. Il y a ce truc en France qui fait que quand tu vas en terres inconnues, tu ne sais pas trop où tu vas atterrir. En ce moment, je suis en pleine promo de l’album et je me rends bien compte qu’il y a plus de médias qu’avant qui parlent de moi, mais par contre les médias purement rap ne savent pas comment traiter le projet. Tu sais, on dit parfois que tout le monde écoute un peu de toutes les musiques, mais j’ai l’impression que ce n’est pas tant vrai que ça. Les média rap n’arrivent pas à me mettre dans une case, hors on pourrait penser qu’en 2019 tout le monde écoute de la musique complètement différente et que ça ne devrait plus être un problème mais les gens restent un peu bloqués. Rave est là pour casser les codes et ce n’est pas parce que tu ne comprends pas une musique que tu ne peux pas l’apprécier. Personnellement, toute la journée j’écoute des trucs que je ne comprends pas. Chez Superbe Média, actuellement, j’entends le dernier projet de Flume, et moi la première fois que je l’ai écouté je ne comprenais rien. L’important est de kiffer en ressentant la vibe.

superbe média rencontre avec hyacinthe rave 8

superbe média rencontre avec hyacinthe rave 9

Comment qualifierais-tu ton style musical sur cet album ?

Le rap du futur !

En juin, tu es en concert à La Maroquinerie. Nous réserves-tu quelque chose de particulier ?

Toute la réflexion autour du live a été de savoir quoi y ajouter. J’ai l’impression que depuis les années 90, tu as deux façons de faire des concerts de rap. La première est le format type NTM, avec deux rappeurs, du passe-passe, un/deux DJs, de l’énergie et des jeux avec le public. Ce qui est cool ! La deuxième et le format rappeur avec un live band. Voilà, ce sont les deux formules du rap en live et personnellement ça me fait chier si je fais ce qui existe déjà. Pour Rave, je ne voyais pas vraiment quoi rajouter sur scène, surtout que la musique comme je la fais est principalement de la musique d’ordinateurs. Sur l’album, il y a qu’un seul véritable instrument et c’est une guitare électrique sur le titre Princesse. Du coup pour la scène on va tout retirer… Et je serais seul, avec un plateau vide ! Tout est donc sur l’émotion, ma présence, pour un concert intimiste et intense.

Une tournée va-t’elle suivre ?

Oui, pour l’automne, mais tout est en train de se caler !

Superbe est un média qui parle aussi de style ! Prêtes-tu une attention particulière à la manière dont tu t’habilles dans la représentation publique de ton art ?

Oui, je fais attention. Mais j’avoue que ma politique en la matière depuis que j’ai accepté d’être un saltimbanque et pauvre, a été de supprimer la ligne “vêtements” de ma comptabilité. Je suis vraiment une pute du capitalisme et je mets uniquement des vêtements que l’on m’offre. Après je choisis ce qu’on m’offre et je n’accepte pas tout, dans tous les cas je n’achète rien.

Dans ce que l’on t’offre, as-tu des marques françaises de prédilection ?

Oui, on a bossé avec Lacoste et ils m’ont offert des pièces qui tuent. Je crois d’ailleurs qu’historiquement, je suis le premier rappeur à avoir fait des choses avec eux, avant même Moha La Squale. Oui, les graphistes M/M avaient réalisé une collection capsule avec Lacoste, et avaient utilisé ma musique pour faire le son de la campagne publicitaire. J’avais alors fait un showcase pour le lancement de la collection. A l’époque j’étais le premier rappeur à avoir travailler avec eux.

D’autres marques dans ton viseur ?

Oui ! Parallel Mob ! Une marque de Metz ! De jeunes qui lancent une marque et j’aime bien ! Bisous à eux !

En quoi Hyacinthe #cestsuperbe ?

Parce que c’est un geste. C’est un geste artistique. C’est comme si je prenais mon sang et te le jette sur la table pour qu’ensuite les gens en fassent ce qu’ils veulent. L’album qui sort ne ressemble a rien de ce qui a déjà été fait en musique française et en ça #cestsuperbe ! C’est cool de créer des nouveaux trucs.

superbe média rencontre avec hyacinthe rave 7

Derniers mots ?

Bisous aux lecteurs de Superbe Média, et Rave le 13 Avril. Streamez-le sale !

.

Propos recueillis par : @Kevin.Berard.

Crédit photos par : @ill_y0 pour Superbe Média.

HYACINTHE RAVE #CESTSUPERBE