DOR est un rappeur d’Orléans, membre de La Ligne Bleue Records, il s’est lancé depuis 2018 et continue son parcours en représentant sa ville. Avec sa plume et son phrasé, il laisse exprimer ses émotions et nous parle de romance tout en magnifiant la mélancolie. Rencontre avec…

Salut DOR comment vas-tu ?

Bien et toi ?

Super, pourrais tu te présenter aux lecteurs de Superbe qui ne te connaîtraient pas ?

Bien-sûr. DOR, j’ai 24 ans et suis originaire d’Orléans. J’ai commencé la musique vers l’âge de 16 ou 17 ans. Je fais parti du label La Ligne Bleue Records avec Rad Cartier et Manast LL’.  C’est depuis 2018 que l’on travaille ensemble officiellement, avant on évoluait individuellement. On essaye de développer les scènes, les clips, etc…

Peux tu nous expliquer la signification de DOR ?

Ça vient simplement de mon prénom qui est Dorian. Lorsque je commençais à écrire la première idée de blase qui m’était venu était DOR donc c’est resté tel quel. Tout mon entourage m’appelle comme ça.

Tu viens d’Orléans, qu’est ce qui t’as motivé à te mettre au son dans cette ville ?

C’était l’époque ou il y avait cette nouvelle vague de rappeurs qui venait après la période de Booba ou Rohff, notamment grâce aux Rap Contenders. On s’est mis à écrire sur des sujets banals, un peu simples. Avec le temps on a évolué lyricalement comme au niveau des instrumentales.
Il faut savoir que l’on travaille avec un entourage de beatmakers qu’on connais et le but est de se faire évoluer mutuellement. J’ai travaillé ma recette jusqu’à un stade ou je sentais que ça devenait naturel. C’est ce qui m’anime, la recherche dans l’écriture, la découverte d’une instrumentale, les sensations que je ressens lorsque j’arrive à compléter les mesures, finir un texte en entier, faire un refrain entraînant, rythmé. Enfin, le finaliser, le mixer et à terme de tous ces procédés, le jouer sur scène. Tout ce processus me motive, m’anime et me fait vibrer.

On a remarqué que tu avais des influences espagnoles dans ta musique, peux-tu nous expliquer pourquoi?

Je suis d’origine espagnole à 50% du côté de mon père. On vient de la région de Castille-et-León, à la frontière du Portugal. J’y vais tous les ans donc je suis pratiquement bilingue. Avec le temps je me suis rendu compte que je pouvais entremêler ces deux langues, ce qui était un atout. Au fur et à mesure d’écrire il y avait des mots que je n’arrivais pas à caler en français, alors qu’en espagnol ça rentrait dans les clous. Au fur et à mesure du temps j’ai inclus dans ma recette ces mots en espagnol. Plus ça va, plus je m’oriente vers ça, voir carrément des textes entièrement en espagnol.

Est-ce que sur Orléans il y a des artistes avec qui tu es en connexion et avec qui tu partages ton art ?

Sur Orléans, il y a des producteurs avec qui je travaille, qui travaillent aussi avec Dosseh, même si je ne le connais pas personnellement. Je pense par exemple à Lex Abraham, c’est un des producteurs qui parfois fait des instrumentales pour lui et c’est un très bon ami à moi. Mckoy aussi qui est son poulain.

Urbain_Lifestyle_Paris_france_DOR_Orleans_Ligne_Bleu_Records_Musique_Superbe_Media_Culture

Dans ta musique tu parles énormément de femmes, d’amour, est-ce que tes inspirations viennent de tes expériences personnelles avec les femmes ?

Souvent lorsque j’écris, c’est une histoire personnelle que j’ai vécu dont j’expose les bases. Et parfois lyricalement je me propulse, me projette, vers une voie où j’aurai aimer voir la relation d’orienter par exemple. Je m’inspire beaucoup aussi des relations que vivent les personnes de mon entourage. On est nombreux, on parle beaucoup entre nous de nos histoires et tout ça m’influence. 

C’est un sujet qui te parle particulièrement.

Oui c’est un sujet que j’aime bien aborder. J’ai l’impression de conclure des chapitres de ma vie à travers la musique, comme des conclusions. Franchement je me sens bien une fois qu’un son est réalisé et qu’il parle de quelque chose qui me tenait à coeur.

Urbain_Lifestyle_Paris_france_DOR_Orleans_Ligne_Bleu_Records_Superbe_Media_Culture_Musique

Urbain_Lifestyle_Paris_france_DOR_Rap_Orleans_Ligne_Bleu_Records_Superbe_Media_Culture_Musique

Tu fais parti de La Ligne Bleue Records, qu’est ce que ça t’apporte dans ta construction professionnelle ?

Il faut savoir que ce sont des amis de longue date, on se connais très bien. Ils ont des idées très intéressantes pour mon développement au niveau de mon identité. C’est très simple et très cool entre nous. Ils m’apportent beaucoup sur l’aspect visuel, musicalement ils m’orientent même si je suis en pleine autonomie. Ils n’hésitent pas à donner leur avis en tant que directeur artistique. Ensuite on travaille ensemble sur les projets et sur la réalisations des morceaux. C’est toute une équipe qui me permet de réaliser mes projets de A à Z.

 Urbain_Lifestyle_Paris_france_DOR_Orleans_Ligne_Bleu_Records_Superbe_Media_Culture_Musique_Cestsuperbe

Tu sais que le média Superbe est un média spécialisé dans la culture française et les sapes, est-ce que pour toi c’est important de te saper dans la représentation de ton art ?

Je pense que ce sont deux choses étroitement liées. Lorsque tu fais de la musique tu as ton coloris et une façon de le faire, de la représenter. Je pense que ça passe aussi par l’image de la personne qui fait la musique. Selon moi c’est important d’avoir son identité musicale mais aussi vestimentaire. Ça fait parti de la personnalité.

Aurais-tu trois marques françaises que tu affectionnes ?

Je pourrais te citer Petit Maurice, qui est développée par un ami à moi. C’est très simple et très classe. J’aime bien Lacoste, très classe et en même temps accessible, avec de bonnes lignes. 

 Urbain_Lifestyle_Paris_france_DOR_Orleans_Ligne_Bleu_Records_Superbe_Media_Culture_Rad_Cartier_Musique

Le média s’appelle SUPERBE, en quoi DOR #CESTSUPERBE ?

Parce que ça fait une interview avec SUPERBE, ensuite parce que c’est une explosion, un mélange entre tout ce que je ressens et les différentes langues que j’ai apprise. C’est l’expression des sentiments sous différents angles et langues.

Un dernier mot ?

Le message que je peux faire passer c’est que quand on sent qu’un domaine nous anime, nous fait vibrer, il ne faut pas lâcher. Continuer toujours à repousser la capacité de son travail, toujours aller de l’avant dans ce que tu fais.

Propos recueillis par Hectorsuperbe / Crédit photos : Hectorsuperbe

Toutes les semaines, découvrez les nouvelles marques et créatifs français qu’il vous faudra suivre sans plus attendre ! Et quand on dit, suivre c’est réellement suivre ! Connectez-vous directement sur l’instagram @Superbe_Gang et follow direct l’avenir du style français ! Parce que si tu es sur Superbe #cestsuperbe !

RENCONTRE AVEC DOR

#CESTSUPERBE