Nouveau venu dans le paysage du rap actuel, il vient de sortir il a quelques semaines sa première mixtape intitulée Alien. Originaire d’Aix-En-Provence dans le sud de la France, il a su conquérir depuis maintenant deux ans un auditoire de plus en plus dense. Privilégiant tout autant son rap que sa représentation visuelle et stylistique, Rencontre avec…

Arka ! comment vas-tu ? Pourrais-tu te présenter aux lecteurs de Superbe Média qui ne te connaitraient pas ?

Ca va très bien ! Moi c’est Arka. Je fais du rap depuis que je suis tout petit. Ca fait maintenant deux ans que je suis en maison de disque et qu’on essaye de faire ce qu’il faut pour que ça marche. J’habite dans le 13, à côté de Marseille.

Qu’est ce qui t’amènes à Paris aujourd’hui ?

La musique ! C’est là que ça se passe. Ma maison de disque est là donc je fais tout ici. Je suis souvent à Paris désormais !

Tu dis souvent : « Je veux apporter de la folie dans le paysage du rap français » . Qu’entends-tu par là ?

Je trouve que tout ce qui se fait vers chez moi dans le sud, se ressemble. Moi-même ce que je faisais avant en musique, ressemblait aux autres. Après, je suis parti au Etats-Unis, puis j’ai compris ce qu’il fallait faire quand j’en suis revenu. Il faut s’américaniser. C’est quelque chose que j’ai toujours aimé avant mais je n’ai jamais osé le faire, car j’ai toujours eu un peu d’appréhension par rapport aux gens. Mais au final, je l’ai fait et ça a été bénéfique pour moi car j’ai réussi à bien me démarquer. J’ai changé totalement de style depuis un an et demi et cela m’a ramené un tout autre public, beaucoup plus ouvert. J’aime où j’en suis maintenant. En deux ans il y a eu beaucoup de changements.

superbe média rencontre avec arka alien urbain lifesytle paris france

superbe média rencontre avec arka alien urbain lifesytle paris france 2

Tu rappes depuis environ neuf ans. Avant d’être Arka en solo, rappais-tu en groupe ?

Je me suis toujours surnommé Arka, mais avant j’étais dans un groupe de potes à l’ancienne avec qui je rappais. Big-up à eux !

Comment te situes-tu dans le paysage marseillais ?

A Marseille ? C’est chaud de répondre à cette question, parce qu’à Marseille il n’y pas de rappeurs comme moi. Aucun rappeurs n’a ce style là. Je m’identifie énormément au rap américain car en France il y a tellement de rappeurs désormais qu’il faut se démarquer pour que les gens te retiennent.  Maintenant que je peux le faire de façon complètement libre, alors je le fais et ça tue !

Quels sont les rappeurs américains qui t’influencent le plus en ce moment ?

Lil Baby, Lil Pump, 6ix9ine, A$ap Rocky, Young Thug, Gucci Mane, Future… J’écoute beaucoup, beaucoup de rap américain. Egalement, Nicki Minaj, Cardi B, Cuban Doll… J’aime la vibe, le flow et surtout leurs clips. Personnellement, ça fait un an et demi que j’ai une équipe vidéo et je mise beaucoup sur les visuels. Je veux que 70% de mon projet artistique vienne du visuel.

superbe média rencontre avec arka alien urbain lifesytle paris france 4

superbe média rencontre avec arka alien urbain lifesytle paris france 3

Justement, si on regarde tes anciennes vidéos, on constate une grande différence visuelle, aussi bien au niveau de tes clips que de ton style. Comment expliquerais-tu cela ?

Comme je t’ai dit, je suis parti aux Etats-Unis et quand je suis arrivé là bas avec ma dégaine de français, ça se voyait que je n’étais pas du même monde. J’aimais ce délire là déjà mais je n’osais pas vraiment me lancer dedans. Le fait d’aller là bas a été un véritable déclic. En France, on a un esprit un peu fermé. Il n’y a qu’à Paris, lorsque je m’y déplace, que je vois des mecs avec des flows de dingue. A Marseille, on ne voit pas ça ! C’est pour ça que je me suis dit qu’il y avait un truc à faire. Aujourd’hui mon projet marche dix fois plus qu’avant et cela grâce à ça ! 

Tes morceaux sont souvent ego trip. Est-ce un personnage que tu as créé ou est-ce du vécu ?

Tout ce que je dis est vécu ou vu. J’ai grandi dans le quartier de la Zup à Aix-En-Provence, donc je raconte des choses que j’ai vécu ou vu là bas ! Après dès que j’ai pu m’éloigner du délire « Quartier » , je l’ai fait, car j’ai quelques amis qui ont mal fini et j’avais de mon côté mon projet musical bien en tête. Heureusement que j’ai eu cette intelligence et surtout cette opportunité de sortir du quartier car cela me permet d’être notamment là, à parler avec toi. Donc pour répondre à ta question : que du vu et du vécu, pas de personnage. 

Justement, on parlait de ton projet « Alien » qui vient de sortir et qui est donc ta première mixtape. Quelle est pour toi l’énergie principale à retenir de ce projet ?

Ce projet là me tient énormément à coeur, car c’est le premier projet musical de toute ma vie. Ça fait deux ans et demi que je suis dessus. J’ai fait une quarantaine de morceaux, pour finalement n’en sélectionner qu’une vingtaine. J’ai mis mes tripes dedans et c’est une vibe sur le long terme car il y a des sons que j’ai fait il y a deux ans. Sur cette mixtape on constate mon évolution en direct, et j’ai fait en sorte que ça s’entende. J’ai hâte de commencer à travailler l’album…

superbe média rencontre avec arka alien urbain lifesytle paris france 6

superbe média rencontre avec arka alien urbain lifesytle paris france 7

Superbe est un média qui parle de culture française et de sapes françaises. Aurais-tu 3 marques de sapes françaises que tu apprécies particulièrement ?

En vérité, je ne suis pas trop calé dans l’origine des marques. Après j’aime Lacoste, c’est la base du quartier. Mais désormais, je suis plus sur des marques étrangères telles que Kappa, Sergio Tacchini, Umbro etc… Je suis dans des choses colorées. Je porte de tout ! Je ne suis pas fermé. Tant que je suis à l’aise dans ma tenue, je porte. C’est important pour moi d’avoir un style. Maintenant quand je sors j’ai une image minimum à tenir, donc je fais toujours l’effort d’avoir une bonne dégaine.

En quoi Arka #cestsuperbe ?

Parce qu’il n’y pas de mensonges. C’est du vrai. C’est de la folie. Mon but est de faire plaisir aux gens. Quand j’ai commencé, je n’étais rien et personne n’a cru en moi au début. Si maintenant je suis là et que j’ai une bonne équipe autour de moi, c’est parce ce que je n’ai pas lâché et que j’ai cru en moi. Je veux que quand les gens écoutent mes sons, ils puissent se dire que eux aussi ils peuvent le faire !

superbe média rencontre avec arka alien urbain lifesytle paris france 8

Derniers mots ?

J’espère que la force sera avec nous, il y a que du sale qui arrive. La suite n’est que meilleure !

.

Propos recueillis par : @Kevin.Berard & @ill_Y0.

Crédit photos par : @ill_Y0 pour Superbe Média.

ARKA ALIEN #CESTSUPERBE