Avec une plume précise et dense, la jeune rappeuse originaire du Sud de la France, vient de sortir « Toute Une Histoire » son premier album. Signée chez la Scred Connexion, l’artiste qui habite désormais sur Paris, montre qu’elle a en elle, assez de talent et de passion pour défendre son art en live comme en studio. Rencontre avec…

Fanny Polly, comment vas-tu ? Pourrais-tu te présenter aux lecteurs de Superbe Média qui ne te connaitraient pas ?

Ca va très bien ! En quelques mots, moi c’est Fanny Polly, j’ai 31 ans et je suis originaire de la Côte D’Azur. Je suis arrivé à Paris il y a environ sept ans. Je suis venu à la base pour une formation professionnelle en danse hip-hop puis je me suis redirigé vers le rap, qui à la base était un loisir. J’ai rencontré la Scred Connexion il y a deux ans avec qui j’ai signé un contrat pour mon premier album qui est sorti le 21 juin 2019.

Quel est l’origine de ton blase ?

Fanny c’est mon prénom. Polly c’est le surnom que l’on m’a donné dans le Sud lorsque j’étais au lycée.

Tu es originaire du sud de la France, comment as-tu vécu tes premiers approches du rap et de la culture hip-hop là bas ? Quels sont les autres rappeurs que tu y as côtoyé ?

J’ai découvert la culture hip-hop grâce à la danse aux alentours de 15 ans. J’ai commencé par le breakdance et ça a été une révélation. A partir de là, je me suis mis à fond dedans, puis j’ai évolué avec les danseurs de la région etc… En ce qui concerne le rap, tout est parti de ma voisine, Marion Napoli, qui est pianiste et rappeuse. C’est elle qui m’a fait découvrir cette approche de la musique. J’écrivais déjà, mais plus des poèmes et grâce à elle, je les ai transposé en rap ! Je suis toujours danseuse mais je danse beaucoup mois qu’avant. Je suis moins dans la recherche de performance etc… Je suis dans le kiff’ !

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france 1

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france 2

Ton titre « J’ai pas les mots » en featuring avec un artiste que l’on aime particulièrement chez Superbe Média, Demi Portion, a été un temps fort de ta carrière de rappeuse. Peux-tu nous détailler comment s’est fait cette connexion avec Demi Portion ?

C’est un temps très fort dans ma carrière ! La rencontre s’est faite par le biais de la Scred Connexion, car Demi Portion et la Scred Connexion se connaissent depuis qu’il est petit. Ils sont en relation permanente, créent des projets ensembles etc… C’était un peu une évidence. Quand j’ai écrit ce morceau, Koma, mon producteur de la Scred Connexion a proposé à Demi Portion de poser. Ca nous a tous paru évident ! Nous avons enregistré à distance mais avons tourné les images lors Demi Festival l’été dernier. Nous venons de faire une scène ensemble à l’Institut du Monde Arabe.

Peux-tu nous parler de l’un de tes derniers temps forts intitulé « Cypher » ?

Je savais que j’allais arriver avec un album 16 titres. Il a fallu donc préparer un peu le terrain. Il était normal que les gens aient envie de voir qui est Fanny Polly. J’aime beaucoup le freestyle, il fallait donc le montrer, autant que le côté morceau à thème. Ca me paraissait important de me présenter sous mes différentes facettes. Les « Cypher » sont relativement différents des uns des autres. Il faut savoir que j’ai écrit les « Cypher » après l’écriture de mon album, ils représentent vraiment la Fanny Poly d’aujourd’hui avec ce coté freestyle, ce côté sud, ce côté un peu trap et boom bap. « Cypher » c’est une manière de me présenter autrement plus légèrement que par uniquement mon album.

Tu es signée sur le label de la Sred Connexion. Peux-tu nous détailler comment s’est faite votre rencontre et l’officialisation de votre deal ?

Je voulais travailler avec eux. Je cherchais un producteur depuis plus d’un an. J’ai envoyé deux-trois messages à droite à gauche pour prendre la température car je ne connaissais personne dans le milieu de la musique parisienne. J’ai cherché Haroun de la Scred Connexion et j’ai vu qu’il avait son label, donc je suis rentré en contact avec lui. On a accroché tout de suite. On est resté en contact.  Il se trouve que trois semaines, sans rapport avec Haroun, la Scred Connexion me contacte par le biais d’une personne qui travaillait avec eux à l’époque. Donc je vais les voir à la boutique en leur disant que j’étais déjà en contact avec Haroun. Ils n’étaient pas au courant ! Cette connexion s’est faite dans les deux sens ! Il n’y a pas de hasard ! C’était il y a deux ans. L’aventure ensemble part donc sur un premier album.

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france 5

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france 6

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france 10

Tu as l’étiquette de rappeuse consciente, qui pour nous chez Superbe, est un pléonasme. Est-ce que cela te gène, dans le rap de 2019 ?

Je pense que ça me ferme quelques portes mais ça ne me gène pas du tout, bien au contraire, ça m’arrange ! Il n’y a pas très longtemps, j’ai fait le Buzz Booster et c’est là que je me suis vraiment rendu compte, que le fait d’être catégorisé « rap conscient » avec des sonorités  plutôt boom-bap, faisait de moi une artiste carrément alternative en 2019 ! C’est le côté Scred Connexion, « Jamais dans la tendance toujours dans la bonne direction » . Cette étiquette peut me fermer des portes comme m’en ouvrir.

En 2019, quels sont les plus gros défis à relever pour une femme dans la culture hip-hop et dans son approche rapologique ?

Prouver que l’on a rien à envier à le gente masculine, au niveau de l’écriture, comme au niveau du style, du travail sur scène, au studio etc… Ca commence à se savoir très largement que les femmes ont leurs places autant que les hommes dans ce milieu là et qu’en terme de talents elles ne sont pas laissées pour compte. Il y a beaucoup de rappeuses qui ont fait le travail avant moi, maintenant c’est à nous de confirmer et d’assurer derrière sans faire de la merde !

Ton premier album intitulé « Toute Une Histoire » est sorti le 21 juin. Qu’est ce que cela représente pour toi dans ta jeune carrière ?

C’est mon premier bébé ! C’est une naissance que l’on a préparé comme telle depuis plus de neuf mois ! Comme tout bébé qui va arriver, il y a à la fois de l’ appréhension, de l’impatience, une certaine fierté et puis une angoisse de pouvoir le défendre et le faire grandir comme j’en ai envie !

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france 8

A quoi doit-on s’attendre ? La couleur musicale du projet ? Des featurings ?

C’est très difficile pour moi de donner une couleur à cet album car moi dans ma musique tu ne peux pas me classer en terme d’instrumentales. Il y a beaucoup de piano. Si je devais donner une couleur, ce serait Marion Napoli ma couleur. Elle est présente sur 5-6 morceaux de l’album ! Après en terme de thématiques, ce que je peux te dire, c’est que du Fanny Polly, très introspectif ! « Polly a fait du journal de Fanny un album » ! En featuring on retrouve Demi Portion, Marion Napoli et Taïz, un jeune rappeur que je suis depuis qu’il a 14 ans. Très talentueux ! 

Quels sont les rappeurs que tu écoutes en 2019 ?

Josman ! Un grosse claque !

Superbe est un média qui parle de culture française et de sapes françaises.. Est ce que le style vestimentaire est important pour toi dans la représentation de ton art ?

A ce niveau là j’ai une double personnalité ! Il y a un côté en moi qui est très « Je m’en foutiste » et qui accorde plus d’importance au fond qu’à la forme, mais j’ai également un autre côté en moi qui considère l’image importante avec ce côté street, hip-hop, urbain. C’est dur d’aimer le hip-hop et de ne pas aimer le style, ne pas aimer se saper. C’est important également, car ça fait partie de ton identité de te démarquer par des petits détails qui vont faire que l’on va te reconnaître. Donc forcément j’ai un côté qui aime la mode.

Aurais-tu 3 marques de sapes françaises que tu apprécies particulièrement ?

On m’a fait découvrir récemment, la marque Enfant Du Cartel !

En quoi Fanny Polly #CESTSUPERBE ?

C’est dur pour moi de faire ça !

superbe média rencontre avec fanny polly toute une histoire urbain lifestyle paris france 7

Derniers mots ?

J’ai tellement de choses à dire (rires) ! Mes coups de gueule sont dans mon album. Force aux médias comme le tien qui mettent en avant ceux qui ne sont pas forcément mis en avant mais qui méritent de l’être ! Force à vous !

.Crédit photos : @ill_Y0_superbe pour Superbe Média.

FANNY POLLY

TOUTE UNE HISTOIRE #CESTSUPERBE